La genèse d’Hubert

Ici et maintenant, nous allons tout vous raconter de l'histoire Hubert.

Pourquoi Hubert ? 

Bernard et Frédéric, ça faisait trop Claude François. Roger c’était déjà pris par un Tennisman Suisse, et par un oncle.

Hubert, c’est pour nous le stéréotype de l’ancien prénom Français, qui porte des valeurs.

Certes, son pouvoir de séduction est douteux, mais son un air maladroit lui donne une gentillesse et une sympathie qui n’a d’égal que sa bienveillance.


Que faisons nous ?

Nous décidons de changer le monde de l’agroalimentaire.

Ou plutôt de commencer par l’agroalimentaire pour faire changer le monde.


Des bonnes barres?

Par un beau jour de 2018, Antoine a demandé à Hugo s’il n'avait pas 100 balles et un Mars.

Hugo n’avait pas de Mars. Alors avec les 100 balles, ils se sont dit qu’ils allaient acheter des ingrédients naturels pour faire une bonne barre au chocolat (parce qu’ils adorent ça), et changer le monde.

Ils ont alors entrepris une réflexion pour inventer La Bonne Barre. L'histoire Hubert avait démarrée.


L’anis vert.

Forts de cette belle idée, ils se sont donnés rendez-vous à mi-chemin entre Aix-les-Bains et Loray, à la foire gastronomique de Dijon.

Sur place, nos deux acolytes ont pu faire de belles rencontres, et échanger sur les différentes facette qui composeraient leur chef-d'oeuvre.

Au détour d’une allée, un gentlemen leur servi une boisson locale qui les ravit. Après quelques instants, ils sentirent que leurs ventres et leurs esprits étaient allégés. Ils interrogèrent alors le gentlemen, qui leur expliqua que l’anis était un anti-spasmodique (ça empêche d’avoir des spasmes, nous aussi on a cherché…). La boisson aurait été inventée par un certain Guy, à Pontarlier.

Les deux jeunes décidèrent donc d'utiliser cette plante et ses vertus pour créer leur Bonne Barre.


Le triathlon.

Par la suite, Hugo proposa à Antoine de faire un triathlon. Ce dernier accepta sans trop réfléchir.

Ils passèrent la veille de l'épreuve à étudier les méandres Suzenueuses de l’étang dans lequel ils allaient devoir nager 750m pour la première fois.

C’est le lendemain à l’Aube, dans l’Isère, que la peur de l’inconnu les saisit.

Pour luter ils décidèrent de se donner de la force et du courage en prononçant des incantations miraculeuses sur leurs bonnes barres.

C’est ainsi, après une heure, une trentaine de minutes, et quelques mousses, qu'ils sont devenus triathlètes.

(Bon, la vérité, c’est qu'Hugo avait pris un peu d’avance, il était triathlète depuis quelques mois, il aime bien prendre de l’avance…)

Ils ont donc découverts au travers de cette passion qui accompagnera leur aventure, la puissance de l’intention miraculeuse.

Quelques illustrations de propos qui ne manqueront pas de rappeler aux deux jeunes, qu'ils peuvent aussi garder les pieds sur terre.

Hugo, testant une nouvelle technique pour gagner du temps lors des transitions (regard du spectateur au second plan, septique...)

Antoine, lui aussi en plein test, d'une technique de magnétisme pour planer pendant l'épreuve de course à pieds. C'est plus pour économiser son ligament croisé que les chaussures...)

The Superb Agency.

Il a alors fallu donner à ces deux belles et bonnes barres un habillage tout neuf. Après avoir pensé à les décorer avec des flammes sur les côtés, l’équipe a finalement décidé de faire appelle à Emine, de The Superb Agency et son incroyable talent, pour retranscrire les idées et les blagues en visuels.

La rencontre avec The Superb Agency, c’est aussi une relation d’amitié, entre des personnes convaincues qu’on peut travailler avec son coeur, et qu’on est capable de changer le monde !


L’aboutissement, enfin !

Des goûts, des couleurs, quelques blagues passent, et quelques mois plus tard, ce n’est non pas une, mais bien deux Bonnes Barres saupoudrées de poussières de miracles, qui sortent des ateliers de fabrication de Loray, pour notre plus grande joie !

Les deux modèles de Bonnes Barres

Chacun peut changer le monde.

Les Bonnes barres barres transitent ensuite non loin, au pays de l’anis, à Pontarlier, pour être mis dans leurs beaux emballages fabriqués en France, par des personnes en situation de handicap, qui sont "on-ne-peut-plus" heureuses de prêter main forte, et de contribuer à l’effort collectif.

Hubert se retrouve complètement dans les valeurs de gentillesse et de bienveillance de l’UNAP, qui fait un travail remarquable pour emballer les Bonnes Barres avec rigueur, constance, et fiabilité.

Voilà comment, au quotidien et à son échelle, l’équipe Hubert arrive à changer le monde.

Enfin, on n’a pas encore tout changé… Les français ne finissent toujours pas en tête du Tour de France, mais vous devriez gouter les barres, elles sont sympa, et elles sont bonnes !

Histoire Hubert : To be continued...


Derrière chaque grand homme se cache une bonne barre...

Vous l’aurez compris, il y a derrière nos bonnes barres, une intention non dissimulée de prouver que tout est possible, de vous montrer que nous pouvons changer le monde, chacun, et ensemble.

Prendre une bonne barre, c’est essayer la force de l’intention, c’est s’autoriser à vivre, à rêver, à repousser les limites.

Vous verrez, c’est miraculeux !

Notre check-list pour changer le monde :

- Ramener la coupe à la maison

- Elire un président de - de 40 ans

- Elire une femme présidente

- Mettre en valeur un événement sportif féminin au niveau mondial

- Un français en Ryder cup

- La France championne du monde de rugby

- Un français vainqueur du Tour de France

- Faire tomber une tartine du bon côté

- Réussir un crowd-funding

- Essayer la Bonne Barre